//

.

// les artistes

David Letellier

David Letellier

Artiste / musicien
Après des études d’architecture entre la France et l’Allemagne, David Letellier intègre le label de musique Raster Noton sous le pseudonyme Kangding Ray. Collaborateur de longue haleine de l’artiste Carsten Nicolai, Letellier se saisit dans son travail de mediums allant de la performance audiovisuelle à l’installation sonore en espace d’exposition. Toute sa démarche, à l’intersection entre architecture, art et musique, tend vers une étude du son comme « forme en mouvement ». Né en France, David Letellier vit et travaille à Berlin. Son travail a été montré dans de nombreux festival d’arts numériques en Europe (Némo, Mediaruimte, Scopitone par exemple).
Disnovation.org

Disnovation.org

Collectif
DISNOVATION.ORG est un groupe de travail basé à Paris. Au croisement entre art contemporain, recherche et hacking, ils développent des situations d’interférence, de débat, et de spéculation visant à détourner l’idéologie de l’innovation technologique afin de stimuler l’émergence de récits alternatifs. Ils ont récemment édité The Pirate Book, une anthologie sur le piratage de contenus culturels. Leur travail a été présenté internationalement dans des lieux tels que le Palais de Tokyo, le Jeu de Paume, le Centre Pompidou, le Musée d’Art et de Design de New York, le China Museum of Digital Arts, transmediale, FILE ou encore le Chaos Communication Congress. Prix : 2016 Premier prix, Arte Laguna – Digital Arts, Venise, IT 2015 Prix pour la Recherche en Technologie Artistique, Vienna, AU
Goh Uozumi

Goh Uozumi

Artiste
Il a présenté en 2016 à l’ICC (NTT InterCommunication Center) une double exposition intitulée « New Order/Siren Call », qui rendait visible les monnaies cryptées, et « State of Empty », qui créait un Etat à partir d’une intelligence artificielle. Ces deux œuvres originales sont issues d’un premier travail intitulé « Trustless Trust / Mk.God » qui compose une sorte d’épopée de datas décrivant la mémoire de l’avenir de nos systèmes artificiels, et pour lequel l’artiste a reçu le prix Digital Choc 2015 pour la création en arts numériques, et qui lui a permis de réaliser cette œuvre à la Friche la Belle de Mai, en collaboration avec les festivals Zinc et Seconde Nature. Il a présenté en 2012 au YCAM (Yamaguchi) une œuvre à grande échelle « OBSERVER N », un système autonome pour étendre la réalité de la théorie de la vie, et il a reçu en 2009 un Prix au Japan Media Arts Festival pour son « F – void sample ».
Justine Emard

Justine Emard

Artiste
Justine Emard est née en 1987. Elle vit et travaille à Paris. A travers divers médiums (la photographie, la vidéo, les installations et la réalité augmentée), sa pratique explore l’image via la question del’écran, du cadre et du hors-champ ainsi que des interactions avec des dispositifs simulant la réalité pour se projeter dans des univers parallèles augmentés et fictionnels. Diplômée de l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole, elle est résidente la même année au Centre de Réalité Virtuelle de Clermont Ferrand et à Vidéoformes en 2010-2011.Elle collabore avec le Pavillon Neuflize OBC, laboratoire de création du Palais de Tokyo entre 2013 et 2016. En 2015-2016, elle est résidente à la Cité internationale des arts à Paris (Montmartre) et en mai 2016, elle créé la performance Parade for the end of the world, avec Jérémie Bélingard et Keiichiro Shibuya, à la Maison de la Culture du Japon à Paris. En 2017, elle est lauréate de la résidence Hors les murs de l’Institut français ainsi que de Tokyo Wonder Site au Japon.
Katsuki Nogami

Katsuki Nogami

Artiste
Nogami est un artiste et réalisateur né au Japon en 1992. Après des études à Berlin aux côtés d’Olafur Eliasson, il est diplômé de l’université Musashino au Japon. Son travail se nourrit d’une étude des technologies du quotidien et du corps. Il aspire à une expression de l’intangible qui s’affranchirait de la contingence des modes. Nogami est lauréat du prix Rookie de l’année décerné par le Japan Media Arts Festival et du prix d’excellence pour la création numérique en Asie JAPANESE MOTION GRAPHIC CREATORS 100 people 2015. Son travail a été montré lors de festivals internationaux tels que Scopitone, FILE et WRO. Il a par ailleurs fait l’objet de publications dans des médias de référence tels que VICE, WIRED et Booooooom.
UJINO

UJINO

Artiste
Né en 1964 à Tokyo. Il créé à partir des années 90 des sculptures sonores, en commençant par la série « LOVE ARM », avec lesquelles il réalise des performances live. A partir de 2004, autour du projet « The Rotators », il réalise des performances et des sculptures sonores à partir d’objets du quotidien qui nous entourent, comme des instruments de musique, des robots ménagers, des voitures, des meubles ou des vieux tourne-disques, qui constituent la base d’une « recherche sur le monde matériel » tel qu’il s’est répandu rapidement au 20e siècle autour du développement de la société de consommation, et qui s’attachent à redéfinir la culture moderne. Ses expositions sont présentées au Japon et dans le monde entier. En 2013, il réalise sa première exposition personnelle au Japon « POP/LIFE », au Musée en plein air de Hakone, où il développe une installation monumentale qui a été l’occasion pour lui de résumer toute son œuvre depuis ses débuts, et de réaliser une œuvre qui a enthousiasmé le public, adulte comme plus jeune. En collaboration avec la galerie Yamamoto Gendai
Natural Intelligence Research Group (Shinya Matsuyama, Song-Ju Kim, Masashi Aono, Makoto Naruse, Hirokazu Hori, Akihiro Kubota)

Natural Intelligence Research Group (Shinya Matsuyama, Song-Ju Kim, Masashi Aono, Makoto Naruse, Hirokazu Hori, Akihiro Kubota)

Collectif
Le Natural Intelligence Research Group est un collectif de chercheurs, d’ingénieur, de designers, et d’artistes qui cherchent, en s’appuyant sur l’intelligence par le calcul, dont le calcul naturel et l’intelligence artificielle sont les représentations les plus manifestes, à développer et à comprendre une nouvelle intelligence, et à partir de là, à apporter une nouvelle valeur à la société. Son but ultime est, sans se reposer ni sur le cerveau ni sur le corps, d’explorer l’intelligence universelle et sa structure, en collaborant avec des chercheurs et des créateurs dans des domaines aussi variés que les sciences de l’information, la physique appliquée, la science des matériaux, les sciences de la vie, les mathématiques, l’esthétique, l’art, etc.
collectif (nit) et studio Bruyant

collectif (nit) et studio Bruyant

Collectifs
Le studio Bruyant est un collectif qui crée, produit et diffuse des applications, élabore des performances et des dispositifs interactifs en temps réel, dédiés au spectacle, au jeu et à l’art. Dans le cadre de Capitaine Futur (le programme jeunesse de La Gaîté Lyrique), le collectif parisien s’associe avec le musicien (Nit) et invente Octopop, un concept ludique et interactif, qui requiert la participation du public.
Patrick Tresset

Patrick Tresset

Artiste
Patrick Tresset développe et présente des installations théâtrales mettant en scène des robots comme acteurs. Les installations de Tresset utilisent des systèmes computationnels qui introduisant dans le comportement des robots des aspects artistiques, expressifs voire obsessifs. Ces systèmes sont influencés par la recherche sur le comportement humain. Le travail de Patrick Tresset a été exposé à la Fondation Prada (Milan), le Centre Pompidou (Paris) et la Tate Modern (Londres) entre autres.
Nao Tokui (Qosmo)

Nao Tokui (Qosmo)

Artiste / musicien
Directeur de Qosmo. Docteur en ingénierie, il a obtenu son doctorat de recherche en ingénierie à l’Université de Tokyo. Pendant ses études, il s’est toujours intéressé aux liens entre musique et intelligence artificielle, et au développement de nouvelles interfaces. Il a dans le même temps développé une activité de DJ et de producteur. Après avoir travaillé comme chercheur au Sony Computer Science à Paris, il fonde Qosmo en 2009. En 2015, il lance le projet « 2045 », qui mêle DJ et intelligence artificielle. Il a réalisé également le clip de Brian Eno qui utilise l’intelligence artificielle, et continue de rechercher les possibilités d’étendre la créativité par le biais de la coexistence entre l’homme et l’intelligence artificielle.
Moritz Simon Geist (Sonic Robots)

Moritz Simon Geist (Sonic Robots)

Artiste / musicien
Moritz Simon Geist est un artiste contemporain allemand. Formé à la musique classique et l’ingénierie robotique, il est spécialiste de l’imprimerie en 3D dont il fait usage dans son travail de plasticien. À l’initiative du collectif Sonic Robots, les projets qu’il développe prennent la forme de performances de musique électronique, d’installations sonores robotisées ou encore de débats sur l’évolution de la robotique dans la société. Son travail a fait le tour de nombreux festivals européens comme Ars Electronica en 2014, Club Transmediale en 2013, ou le Mapping Festival (Genève). Né en 1981, Moritz Simon Geist vit et travaille à Dresde, en Allemagne.
Caterina Barbieri

Caterina Barbieri

Compositrice
Caterina Barbieri est une compositrice italienne basée à Berlin. La répétition et la permutation de motifs sont au cœur de ses dernières recherches sonores. Elle a composé pour différentes générations de synthétiseurs et pour instruments à cordes. Sa préférence pour les compositions minimalistes est née de la méditation sur les formes primaires d’ondes et de l’exploration du potentiel polyrythmique et polyphonique des séquenceurs. Au moyen de la synthèse, d’opérations sur les motifs et de l’ajout de canons, sa musique dessine des géométries radicales dans l’espace et le temps. Son travail explore les thématiques de l’intelligence artificielle et de la perception de l’objet à travers le son par une approche de la pratique musicale comme feedback cognitif intégratif entre l’homme et la technologie. Elle a joué lors de festivals de premier plan tels que Atonal, Berliner Festspiele’s Maerzmusik, Norbergfestival. Ses compositions ont été présentées au théâtre, lors de performances multimédia et sont diffusées par label Important Records. Le magazine The Wire a qualifié sa musique de « voyage profond à l’intérieur du vaisseau-mère, hypnotique et magnifiquement déconcertant ».
Samuel Bianchini

Samuel Bianchini

Artiste / enseignant-chercheur
Samuel Bianchini est artiste et enseignant-chercheur à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD), PSL Research University, Paris. Il vit et travaille à Paris. Ses réalisations mettent en œuvre des opérations physiques et symboliques, en contexte, en public et en temps réel, nous incitant à contempler, à réfléchir autant qu’à agir. Soutenant le principe d’une “esthétique opérationnelle”, Samuel Bianchini interroge les rapports entre nos dispositifs technologiques les plus prospectifs, nos modes de représentation, nos nouvelles formes d’expériences esthétiques et nos organisations sociopolitiques. Pour cela, il collabore avec de nombreux scientifiques et laboratoires de recherche en sciences de la nature et en ingénierie. Il vient de publier, en co-direction avec Erik Verhagen, l’ouvrage Practicable – From Participation to Interaction in Contemporary Art, MIT Press, 2016 qui sera présenté à l’Institut français du Japon – Tokyo lors d’une table ronde le 17 mars 2017.